Ainsi va la vie - 3 - Le lendemain

Des surprises il y en a eu, repus d’une nuit de débauche où Juliette essayait de rattraper le temps perdu, pendant le petit déjeuner, elle téléphona à l’entreprise à son mari pour mettre les points sur les i. Elle tomba sur la secrétaire qui lui annonça qu’il n’était pas encore arrivé.

  • Dites-moi Joséphine, j’aimerais vous poser une question indiscrète.
  • Oui je vous écoute.
  • Tout d’abord, je dois vous annoncer qu’il y aura des changements à la tête de l’entreprise, très probablement, mais ensuite, est-ce que mon mari a toujours eu une tenue exemplaire avec vous.
  • Oui, madame.

Se tournant vers moi en cachant le micro :

  • Tu le crois ?
  • Pas trop, l’an passé, à la sortie de l’entreprise, j’ai bien l’impression qu’elle y a passé. Je les ai vu danser de manière un peu trop intime, autrement, je n’ai rien remarqué, mais je ne passe pas non plus mon temps à espionner les autres.

Découvrant le micro :

  • J’ai des informations que lors de la dernière sortie de l’entreprise, vous l’avez bien chauffé.
  • C’est vrai, je tenais à ma promotion, je suis seule à élever mon enfant. Mais on s’est arrêté au ? irt.
  • Et avec Henri ou George ? Pas l’espace d’une petite incartade ?
  • Non madame, j’ai déjà assez de problème avec mon fils qui arrive à l’âge adulte.
  • Bien, quand mon mari arrivera, dites-lui de me téléphoner et convoquez le conseil d’administration pour la semaine prochaine.

Se tournant vers moi.

  • Quelle est ton impression ?
  • Probablement qu’elle dit la vérité, elle est belle, mais je dirais inaccessible à la gent masculine. Entre mec on l’avait surnommée Frionor1, elle est toujours fourrée avec une copine, une rousse un peu hommasse, cheveux très court, elle ferait du catch que cela ne m’étonnerait pas.