Mes jeux de fille

Restant seule ce week-end chez moi, je me suis épilée, maquillée et coiffée d'une perruque blonde coupée au carré pour vivre enfin ma vie de femme. J'aime cette longue préparation qui m'est devenu nécessaire pour avoir un plaisir maximum par la suite. J'enfile une ravissante guêpière dont les bonnets 105/D menacent d'exploser sous le poids de mes lourdes prothèses en silicone. Sous leurs pressions, je sens mes bretelles de soutien gorge s'incruster dans mes épaules. Une culotte ouverte, des jarretières, des bas à coutures et des talons aiguilles complètent ma tenue glamour. J'adore porter ma lingerie à la maison en sentant le contact sensuel des fibres satinées sur ma peau. C'est avec une certaine excitation que j'apporte les dernières touches à mon maquillage.

En me voyant en fille devant mon miroir, le désir monte dans mes reins et je ne tarde pas à voir ma queue se gonfler de sève. Voulant rester féminine, je la rentre entre mes cuisses en la fixant avec une large bande adhésive pour ne plus voir que mon mont de vénus. Allongée sur mon lit, je fais monter ma libido en prenant des poses suggestives devant la glace tout en frottant mes cuisses gainées de nylon l'une contre l'autre pour entendre le crissement de mes bas. Impatiente de me donner du plaisir, je finis par libérer ma queue. Puis, je m'allonge sur le dos en glissant un coussin sous mes fesses et en fléchissant les genoux. C'est dans cette position offerte et féminine que face à mon miroir, je lubrifie ma chatte. J'aime sentir sous mes doigts ses replis doux et satinés recouvert de silicone. Tout en me caressant sensuellement les seins, je songe aux nombreux scenarii que je vais improviser pour me donner du plaisir tout au long du week-end. C'est avec curiosité que j'ouvre le colis que je viens de recevoir. Je découvre dans son emballage un énorme gode qui a tout d'un vrai pénis sauf sa taille démesurée. Un petit mot de mon ami est joint à mon attention :

  • J'espère qu'il te comblera pendant mon absence

En le regardant sous tous les angles, je me dis qu'il ne va jamais passer car il est vraiment très, très gros. Je n'ai encore jamais été prise par un sexe pesant plus d'1kg. Son gland bien profilé doit cependant m'aider à l'enfoncer dans ma chatte. Je reste impressionnée par ce sexe massif et lourd dont la hampe nervurée s'élargit jusqu'à sa base avec ses testicules qui me remplissent les paumes de mains. Je ne peux m'empêcher de fantasmer sur ce gode monstrueux eneffleurant du doigt ses grosses veines saillantes. J'ai maintenant très envie de le sentir en moi.

Je le pose avec fébrilité sur mon ventre. En le voyant s'étaler de mon pubis jusqu'à mes seins, je crains de ne pas pouvoir le prendre sur toute sa longueur. Mon cœur bat la chamade lorsque j'écarte la fente de ma culotte en appuyant le gland contre mon œillet. Par une pression continue, je m'empale lentement en sentant ma rosette s'ouvrir peu à peu sous la poussée implacable du pal. J'ai la sensation d'être ouverte en deux lorsqu'il s'enfonce en m'écartant les chairs. Une fois le gland passé, je m'arrête un instant pour souffler. Puis, j'écarte fortement les cuisses en poussant pour m'ouvrir l'anus et faciliter sa lente progression dans mon ventre jusqu'au nombril. Chaque centimètre me procure un plaisir nouveau. Quel bonheur de me voir en fille devant la glace en étant comblée par cet énorme queue ! Dans un premier temps, je stimule avec précision mon point G tout en massant mon périnée jusqu'à ce que ma chatte devienne humide de désir. Les savantes pressions du pal exercées sur ma glande font poindre quelques gouttes de sève à la surface de mon gland. Je resserre les cuisses en contractant mes muscles intimes sur mon gode comme le font les filles pour jouir. Ayant l'anus mieux vascularisé et plus sensible qu'un vagin, je prends beaucoup de plaisir à être à la fois pénétrée et dilatée.

Par de puissantes bascules du bassin d'avant en arrière, je m'aide du poids de mon corps pour m'empaler plus à fond en regardant fascinée cet énorme queue disparaître dans ma culotte fendue. Lorsque je sens ses bourses se coller contre mes fesses, je reste un moment immobile pour savourer mon plaisir d'être embrochée jusqu'à la garde. Je vis intensément ce moment de plénitude et de lâché prise en ayant ce sexe plongé dans mes entrailles. Je finis cependant par me rappeler que mon but ultime est d'arriver à l'orgasme anal. Me mettant à genoux sur mon lit, je poursuis mes jeux en bloquant la ventouse de mon jouet contre mon matelas pour amorcer de lents et puissants va et vient. Puis, je creuse les reins en faisant tourner mes fesses sur ce pieu qui me sert de pivot. Je ne peux m'empêcher de gémir en sentant ses grosses veines saillantes me limer la chatte et le bas ventre. Les frottements de mon gland décalotté sur ma culotte satinée amplifient mon émoi en imprégnant ma lingerie d'auréoles blanchâtres. Allongée sur mon lit, je sors à moitié le gode de mes fesses en voyant ma rosette s'étirer sur sa hampe comme si elle voulait le retenir. Puis, je la vois s'enrouler à nouveau dessus lorsque je m'empale en râlant de plaisir. Le désir monte crescendo dans mes reins et je sens mon gode tressauter dans ma main sous l'effet de mes contractions anales.

Sachant que je ne pourrai plus résister très longtemps, j'applique mon vibro sur mon gland pour m'achever. Comme une femme qui excite son clito, je le fais glisser lentement sur mon frein en contractant mes sphincters et en serrant les cuisses pour jouir. Cette triple stimulation, (Pénis Périnée, Prostate) déclenchent rapidement mon orgasme.

Une vague déferlante de plaisir m'emporte pendant qu'une épaisse coulée blanchâtre sort lentement et en continu de ma verge. En me servant de mon cul comme d'un vagin, je me sens prise et comblée comme une femme. Terrassée par cette jouissance anale plus puissante qu'un orgasme pénien, je reste étourdie de plaisir en voyant ma source de vie se tarir peu à peu. Le souffle court, je reste un long moment immobile, les cuisses écartées devant la glace pour prolonger mon plaisir. Embrochée jusqu'au nombril, je ne me lasse pas de voir l'impressionnante ventouse du gode collée contre mes fesses. En évaluant les milliers de va et vient qui m'ont limé la chatte ces dernières décennies, j'imagine les kilomètres de queues qui me sont rentrées dans les fesses. Lorsque je le retire, j'éprouve un sentiment de frustration en voyant ma chatte béante et avide de sexe attendre une nouvelle proie à dévorer. Puis, je prolonge mon plaisir en me caressant et en me masturbant devant la glace. Je contemple sans me lasser ma lingerie glamour, mes jambes gainées de nylon, mon corps épilé et ma somptueuse poitrine. Un peu plus tard, je me lève pour changer mes dessous fortement imprégnés de ma sève.

Le simple fait de me voir dans ma nouvelle lingerie fait renaître mon désir. Je décide de poursuivre mes jeux en me servant de l'électro stimulation. Je m'allonge sur mon lit en lubrifiant ma queue et mon anus d'un gel conducteur de courant. Puis, j'enfonce un plug anal en inox de 6 cm de diamètre dans ma grotte en posant un anneau pénien serti d'un fil électrique sur mon frein et deux patchs à électrodes sur mes bourses. J'achève ma préparation en reliant les fils à mon boîtier erostek tout en sélectionnant un programme pour chaque zone. Dés que j'active le courant, je sens de puissantes ondes m'irradier l'anus. Sous l'effet des stimulations électriques, ma queue se soulève en cadence pendant que mes bourses se contractent sur le même rythme. Je choisis une routine donnant des vibrations de plus en plus intenses. Le courant du plug m'irradie maintenant la queue et l'anus en se propageant en vagues successives dans mon ventre. Ma verge se met à osciller de bas en haut en laissant échapper une coulée de sève ininterrompue qui se répand sur ma guêpière. Elle progresse lentement comme une coulée de lave en atteignant mes cuisses et en s'infiltrant dans la lisière de mes bas. Je me laisse submergée par cette vague déferlante qui m'emporte.

Mon plaisir anal se prolonge tout au long de cette longue et abondante éjaculation qui caractérise l'électro stimulation. Son autre avantage c'est qu'après avoir jouit, je peux continuer à avoir des orgasmes multiples comme une fille sans être obligée de bander. Sous l'effet des impulsions électriques, ma queue flasque se balance de bas en haut en me donnant des orgasmes secs sans éjaculation. Après des mois de pratique, je suis devenue totalement addict à cette technique car mon cerveau transforme les stimulations électriques en sensations érotiques. Souhaitant faire une pause, j'enfonce mon rosebud julian snelling. dans ma chatte. Son poids de 600gr me donne d'agréables sensations dans le bas ventre aussi bien en position assise qu'en marchant dans la maison. Il me donne des sensations agréables en me laissant l'anus ouvert.

Dites moi si vous aimeriez partager mes jeux.