Comment je me sers de mon gode pour jouir

Après m'être épilée, maquillée et mis ma perruque, j'enfile ma guêpière dont les bonnets 105/D menacent d'exploser sous le poids de mes seins siliconés. Une culotte ouverte et des jarretières complètent ma tenue glamour. Face à une glace murale, je m'allonge sur mon lit, les cuisses écartées en plaçant un épais coussin sous mes fesses pour assurer une meilleure pénétration.

M'étant bien lubrifiée, je saisis mon gode ventouse 7x28 cm en me réjouissant d'être prise par ce gros calibre. Quand je l'engage dans mes reins, l'association de plaisir et de douleur mêlés est déjà très jouissive. Pour bien sentir mes chairs s'ouvrir, je m'empale très lentement sur ce pieu en l'enfonçant jusqu'à la hauteur de mon nombril.

J'adore cette sensation d'être ouverte en deux... En le guidant de la main, je repère l'angle idéal pour pilonner avec précision mon point G. Il me donne du plaisir sans me faire bander pour autant.

En pressant ma prostate, il fait jaillir quelques gouttes de sève de mon gland qui coulent sur mes bas noirs en dessinant des arabesques blanchâtres sur le nylon. Dans les reflets du miroir, je ne me lasse pas de voir cette masse d'un kilo disparaître peu à peu dans mes fesses.

Puis, je pose mon vibro sur mon frein en continuant à m'empaler de plus belle sur ce gode qui me coupe la respiration. Son diamètre s'élargissant au fur et à mesure de sa progression, je pousse fortement comme si j'étais aux toilettes pour m'embrocher plus facilement. À l'inverse, lorsqu'il ressort, je contracte mes sphincters pour le serrer davantage afin de mieux sentir ses reliefs me limer la chatte.

Dans la glace murale qui me fait face, je regarde fascinée la fine membrane de ma rosette s'étaler et glisser lentement sur cette queue monstrueuse comme si elle voulait la retenir. Puis, elle rentre en s'enroulant sur elle même lorsque je cambre les reins pour m'empaler à nouveau.

Lorsque je vois mon gode tressauter de plus en plus souvent sous l'impact de mes contractions anales, je sais que je ne vais pas tarder à jouir. Je pose alors mon vibro sur mon frein en caressant mon périnée avec mes doigts à la manière d'une femme qui s'excite le clito. Le massage de cette zone sensible ne tarde pas à produire son effet. Cette triple stimulation, (Pénis, Périnée, et Prostate) me fait atteindre le point de non retour en déclenchant mon orgasme anal.

Lorsque je jouis du cul, mon plaisir se prolonge par l'épaisse coulée blanchâtre qui sort lentement et en continu de ma verge. Je cambre une dernière fois les reins en m'empalant de tout mon poids sur le pieu qui disparaît entièrement dans mes fesses. Puis, je fais tournoyer ma croupe sur ce monstrueux pivot en gémissant de plaisir. Cette forte pression sur ma prostate fait jaillir mes dernières gouttes de sève.

Dans le miroir, je ne vois plus que l'impressionnante ventouse du gode encastré entre mes cuisses. Comblée par cet orgasme anal, je reste un long moment allongée sans me lasser de contempler cette énorme queue plongée dans mon ventre.

Dites-moi si mes jeux de rôles vous plaisent.