Mère - fille

Il faut que je vous raconte ce qu'il m'est arrivé la semaine dernière ! Mais avant, il faut que je présente les acteurs de cette aventure. D'abord mon ami, mon frère, JB (Jean Baptiste) comme moi, il est militaire, engagé depuis plus de 10 ans et ensemble on a vécu de nombreuses aventures, tragiques : combats un peu partout dans le monde et d'autres très sympa : conquêtes amoureuses notamment. Ensuite viens Sarah, jeune femme de 40 ans que JB a connu lors d'une perm passée en famille en Guadeloupe, charmante brunette que j'ai eu le plaisir de connaître plus intimement avec la complicité de JB. Puis vient Myriam, la maman de Sarah, même silhouette fine, même poitrine (85C) portée fièrement et surtout même petit cul bien bombé.

Je vais me présenter à mon tour : Max (Maxime), je me suis engagé en même temps que JB et depuis on ne s'est plus quittés sauf pendant quelques perms passés en famille pour l'un ou l'autre. C'est justement lors d'une perm, que JB a passé dans sa famille en Guadeloupe, qu'a débutée l'histoire que je vous raconte.

Une dernière précision nous sommes tous les deux métis, la différence c'est que le père de JB est noir et sa mère blanche, alors que moi c'est ma mère qui est noire et mon père blanc.

Donc JB était arrivé en Guadeloupe 3 jours plus tôt et avait fait la connaissance d'une jeune femme qu'il devait revoir pour un diner puis une sortie en boite. La nana était pourtant d'un abord très froid pour ne pas dire « glaciale » et il avait fallu tout le charme de JB pour parvenir à lui faire accepter l'idée d'une sortie resto. Tout ceci pour vous dire qu'il a passé de très agréables vacances et que de glaçon la jeune dame s'est transformé en volcan.

Plusieurs mois se sont passés et ils se sont revus de temps en temps pour des séances de baise mémorables. Une fois ou j'étais en perm avec JB il m'a présenté sa copine et j’avoue que j'ai été séduit, si bien que à la fin de la soirée, nous étions tous les trois dans le même lit et je confirme que ce n'est surtout pas un glaçon mais une vraie petite salope !

Puis un jour on reçoit une affectation pour une nouvelle mission, et là bingo ! nous sommes affectés en Guyane, c'est là ou vit Sarah. De suite on la contacte et on prend rendez vous pour le jour de notre arrivée. Dès notre arrivée nous nous rencontrons et la belle insiste sur le fait que nous nous voyons que pour de bons moments et qu'il est hors de question qu'il y ait plus. Nous, ça nous arrange bien et elle aussi car elle a 2 enfants et ne se verrait pas nous présenter à ses mômes.

  • Voilà les enfants je vous présente mes 2 amants, allez vous coucher car maman va se faire prendre par ses 2 hommes !

Sincèrement cela ferait désordre ! Donc nous nous voyons pour de vraies séances de baise intenses, puis un jour Sarah nous annonce qu'elle ne va pas pouvoir nous rejoindre comme prévu car sa maman arrive de métropole et va passer un mois chez elle. Nous sommes un peu déçus car nous avions prévus un week-end torride, les enfants étant en garde chez leur père, nous étions libre comme l'air.

Sarah nous dit que ce n'est pas grave et que ce week-end nous le passerons à 4 au lieu de 3. Là il faut que je vous dise que JB a 30 ans et moi 31, mais que Sarah en a 40, et que même si elle ne les fait pas c'est bien son âge.

Donc sa maman, même si elle l'a eu très tôt, en a au moins 15 ou 20 de plus soit une soixantaine d'années. Donc comme Max est avec Sarah, il ne reste plus que moi pour me coltiner une mémère en bigoudis. Merci du cadeau.

Sarah me fait la gueule et Max pour temporiser la situation lui promet de venir avec elle à l'aéroport pour accueillir sa mère. Donc le lendemain je suis resté à l’hôtel pendant qu'ils partaient à l'aéroport. À son retour, Max entre dans ma chambre précipitamment :

  • Oh là là mon vieux tu as raté quelque chose Quoi donc ?

Myriam, la maman de Sarah ! c'est un vrai canon, c'est vrai qu'elle n'est plus toute jeune mais comme j'ai dit à Sarah :

  • Ta maman c'est quand elle veut ! elle est super bonne ! Ooohh ! et qu'a dit Sarah Tentes ta chance, tu verras bien ! Ouahhh elle est pas jalouse ? Non, tu sais bien qu'avec Sarah c'est uniquement le sexe qui nous assemble, la preuve, mon vieux, c'est que tu as participé à nos ébats, pas vrai ? Oui et c'était super bon ! dis donc si la mère est comme la fille ça va être torride, avec un peu de chance on pourra la prendre à 2 Oui et qui sait peut être qu'on pourra les prendre ensemble !

Là on était parti dans le délire, mais j'avais hâte d'être au lendemain pour voir cette petite mamie !

Le lendemain soir on avait tous rendez vous dans un petit resto sympa et lorsque je suis arrivé, Max était déjà là et nous avons pris un verre en attendant les deux femmes. « Les voilà ! » me dit Max. En effet, je vois Sarah et à ses cotés, sa réplique en un peu plus petite, mais aussi bien roulée et si Sarah est brune avec les cheveux longs, sa maman avait les cheveux auburns et mi longs. Par contre tout en étant très minces l'une comme l'autre, elles avaient des formes épanouies, de jolis petits seins (85C) une taille très fine et un joli cul bien bombé. Sarah ne pouvait pas renier sa filiation.

Bref, j'étais sous le charme et la soirée s'est passée très vite, Myriam était assise à mes cotés. C'était vraiment une femme charmante qui ne paraissait absolument pas son âge et j'avoue que j'étais accroc. Mais autant je n'ai aucune peine à séduire les femmes de 16 à 40 ans autant face à elle je me sentais gauche et pourtant je ne rêvais que d'une chose : l'amener dans mon lit !

En femme d'expérience, elle devina mon trouble et en joua toute la soirée. Donc la soirée se passa sans que je trouve une solution et au moment de se séparer, nous avons convenu de nous revoir le lendemain soir et d'aller en boite. Toute la journée j'étais excité comme un puceau, enfin nous entrons tous les 4 dans la boite. Après avoir trouvé une table relativement à l'écart, nous commandons des punchs et ensuite nous trinquons. Aussitôt nos verres bus j'invite Myriam sur la piste et nous dansons pendant de longues minutes, j’essaie de me rapprocher, Hhhhuuummm c'est pas gagné d'avance !

Retour à la table, nouvelle tournée de punch et puis les deux femmes partent faire un tour aux toilettes, JB me lance :

  • Tu sais que Sarah m'a parlée, sa mère t'as trouvée très mignon mais un peu « coincé », alors mon vieux si tu veux conclure comme dirait Dusse dans les bronzés, faut foncer ! C'est vrai ? C'est pas des bourres ? Vrai de vrai

Pendant ce temps les deux femmes discutaient toutes les deux :

  • Alors, maman, dis moi, comment ça se passe ? Tu es bien curieuse ma chérie Arrêtes, je vois que tu meures d’envie de me raconter Ohh pour l'instant il ne se passe rien, il essais de me coller mais je le laisse un peu mariner Tu es une vraie salope ! Il va exploser Dis donc je suis ta mère ne l'oublie pas, ne me parle pas comme ça ! D'accord excuses moi mais fais attention il peut se lasser et te laisser tomber pour une autre C'est le risque mais j'ai de l'expérience et je sais quand un homme veut me mettre dans son lit, alors laisse moi faire. Ok de toute manière si tu n'as pas Max, JB est prêt à le remplacer Comment ça JB à envie de moi, mais je ne voudrais pas te piquer ton mec ma puce Ne t'en fais pas pour moi il n'y a aucun sentiment entre nous, et tel que je les connais et vu leurs regards sur toi je suis sûr qu'ils rêvent tous les deux de te prendre ensemble. Comme ils l'ont fait avec moi Quoi ? tu veux dire que tu as couchée avec deux hommes en même temps Oui ! et tu sais : c'était super bon ! As-tu déjà essayée ? Tu devrais c'est énorme ! Je ne le crois pas, ma fille qui couche avec deux hommes en même temps ! et tu oses me traiter de salope ! Essaie et tu verras tu en redemanderas ! Arrêtes, je ne veux plus rien entendre (rires). Je vais d'abord voir ce que JB me réserve

Retour à notre table, pendant que je complotais avec JB, voilà que les deux femmes reviennent, on boit les punchs et retour sur la piste de danse. Cette fois je serre Myriam au plus près et elle se laisse faire, mes mains se sont posées sur ses hanches et petit à petit elles descendent sur sa chute de reins. N'ayant pas pris de claque et voyant que la belle ne se retirait pas mais qu'au contraire elle se serrait dans mes bras je continuais mes caresses.

Myriam devait faire du sport car son corps était ferme et son petit cul bien ferme. Mes mains glissaient sur les deux globes fessiers sans déclencher de réaction sauf que Myriam passa ses bras sur mes épaules puis autour de mon cou, je me décidais et j'entrepris alors de malaxer fermement ce magnifique cul. Je craignais quand même une réaction, il y en eu une : elle a nichée sa tête dans mon cou et y a déposé des petits baisers. J'étais aux anges et elle a du sentir la bosse que faisait mon sexe dans mon pantalon car soudain elle approche sa bouche de mon oreille et me dit qu'elle a chaud à cause des punchs et qu'elle souhaite sortir pour prendre l'air.

Je n'y crois pas ! Aussitôt je l'entraine vers la sortie, non sans avoir prévenu JB et Sarah de notre petite escapade.

  • JB : vous allez sur la plage ou dans la voiture
  • Moi : on verra
  • Sarah : Faites pas de bêtises
  • Myriam : dis donc toi comment parles tu de moi ? Faisant semblant d'être offusquer

Ne voulant pas polémiquer j'entraine Myriam à l'extérieur de la boite puis d'autorité je me dirige vers la plage distante d'une centaine de mètres. Arrivés sur la plage nous apercevons quelques couples et d'un commun accord nous décidons d'aller plus loin pour être tranquilles.

Enfin nous trouvons un petit coin tranquille et nous nous allongeons sur le sable et aussitôt je penche mon visage vers le sien et je prends possession de sa bouche pour un long et langoureux baiser. Pendant ce temps une de mes mains se posent sur un sein qu'elle soupèse, caresse, puis les doigts, à travers le tissu de la robe pincent un téton qui s'érige fièrement, l'autre main caresse les jambes découvertes par la robe qui est remontée jusqu'en haut des cuisses, ensuite elle s'infiltre entre les cuisses et caresse la peau tendre de l'intérieur des jambes puis remonte en haut de la fourche caché (si peu) par un mini string blanc qui me paraît bien humide !

La belle me rend mon baiser et ne semble pas s'apercevoir de l'indiscrétion de mes deux mains, alors je caresse franchement le petit bout de tissus tout en continuant de malmener le téton raidi. Soudain alors que nous sommes en pleine action, nous entendons des éclats de voix, je suis maudit, un groupe de jeunes s'approche et s'installe à une vingtaine de mètres de nous, fini la tranquillité !

  • Myriam : filons ! il y a trop de monde et je ne veux pas me donner en spectacle Moi : ok on y va

Amusés par la situation nous filons en riant et en nous tenant par la main. De temps en temps nous nous arrêtons pour nous embrasser et nous caresser sous l’œil complices des couples allongés sur la plage. Enfin nous arrivons sur le parking de la boite, la voiture se trouve à une extrémité du parking et nous nous précipitons à l'intérieur pour reprendre nos activités interrompues par l'arrivée du groupe de jeunes.

Myriam qui tout à l'heure était relativement passive semble tout à coup prendre les choses en main (si l'on peut dire ! ) et s'attaque de suite à mon ceinturon qu'elle défait, puis tout en m'embrassant, elle dégrafe mon jean, fais glisser la fermeture éclair et glisse sa main sur mon caleçon puis palpe mon service trois pièces. Je n'en reviens pas !

Tout en continuant de m'embrasser, Myriam palpe mon sexe qui maintenant déforme complètement mon boxer, enfin difficilement elle extirpe ma bite qui se redresse fièrement :

  • Oh mon dieu ! quel engin ! elle est énooorme J'en suis assez content Sarah m'avait prévenue que Max et toi vous étiez bien montés, mais je ne pensais pas trouver un tel engin ! Que dis tu, Sarah t'as dis pour nous ? Mais oui, elle dit tout à sa maman !

Je suis abasourdi et je comprends que la soirée ne va pas être triste. Myriam prend ma bite entre ses mains et entame de lents va et viens sensuels tout en regardant fixement mon gland qui grossit encore, puis je vois sa tête qui descend vers mon sexe, ses lèvres déposent des petits baisers sur le gland turgescent ensuite des petits coups de langue appliqués ici et là me font vibrer. Je pose ma main sur sa tête puis appuie légèrement et je sens ses lèvres s'ouvrir, puis c'est le bonheur, un écrin chaud et humide entoure ma verge. Myriam entame un lent mouvement de montées et de descentes alors que sa langue joue tout autour de ma bite.

  • Oh oui c'est bon, tu suces comme une reine Myriam relevant la tête : tu aimes ? Putain que c'est bon, n’arrêtes surtout pas Myriam sans cesser sa succion : hon hon et elle avale entièrement ma bite (pourtant de belle taille 23cm) Petite salope tu es vraiment bonne ! Mets toi sur le siège à ma droite, je vais pouvoir te caresser pendant que tu me suces

Elle obéit, je suis assis sur le coté gauche de la banquette, Myriam à ma droite est agenouillée sur le reste de la banquette, sa main gauche posée sur la banquette et l'autre main palpe mes bourses pleines pendant que sa bouche m'avale goulument. Je l'interromps quelques secondes et lui demande d'enlever sa robe afin que je puisse la caresse tout à mon aise.

  • Tu es sur que personne ne peut nous voir ? T'inquiètes pas les vitres sont teintées noires et nous sommes à l'arrière. On est invisibles. Mais si on nous mate, je te signale que ça fait bien 5 minutes que tu me suces alors les mateurs se sont déjà bien régalés !

Myriam observe les vitres fumées du véhicule et semble rassurée.

  • J'espère que tu dis vrai. Puis elle prend sa robe et la remonte doucement puis finit par la faire passer au dessus de sa tête

Je suis étonné par son corps ; on ne dirait pas celui d'une femme de son âge, finement musclée, elle a un ventre plat, une petite poitrine bien proportionnée à sa taille et encore très ferme, une taille fine puis des hanches évasées qui aboutissent à un cul sublime, à peine protégé par un mini string blanc. Sa robe enlevée, Myriam replonge sur ma bite et me pompe énergiquement :

  • Doucement, doucement ma belle si tu continues comme ça je ne pourrais pas me retenir

Pour toute réponse elle accentue ses mouvements de succion puis soudain sa main droite saisit ma main et la pose sur sa tête en effectuant une pression. Comprenant le message j’appuie fortement sur sa tête et dans le même temps je relève mon bassin, ma bite est comme aspirée par la bouche vorace, le manège se répète de nombreuses fois. À ce rythme là je sens que je vais partir, je préviens Myriam mais celle ci aspire encore plus ma queue et au moment où je me vide dans sa bouche en lui tenant la tête, je hurle :

  • Ouiiii vas y ! n’arrêtes pas, avales tout petite salope, c'est boooonnn !

Juste à ce moment les portes avant s'ouvrent et Sarah et JB pénètrent dans l'habitacle :

  • Sarah : Oooooh maman, désolé on pensait que vous étiez sur la plage
  • JB : oh merde !
  • Moi : quoi quoi ? c'est pas vrai !

Le regard de JB ne pouvait se détacher du corps de la maman de Sarah. Myriam s'est relevée et tente de se couvrir avec sa robe mais celle ci ne couvre que très peu son corps somptueux.

  • Sarah : euh maman tu as du sperme plein le visage et à la commissure des lèvres
  • Myriam : quoi, ah oui donne moi un mouchoir et toi JB tourne la tête !

Alors que JB, penaud, se retourne, Sarah sort un mouchoir et entreprend de nettoyer le visage de sa mère.

  • Sarah : ben dis donc qu'est ce qu'il t'as mis ! tu en as partout !

Cette dernière réflexion détend l'atmosphère et tout le monde part dans un fou rire. Pendant que Sarah essuie les cheveux et le visage de sa mère, celle ci utilisant un autre mouchoir nettoie sa superbe poitrine ou du sperme a aussi coulé. JB en évitant de regarder dans le rétro met la voiture en marche et nous annonce :

  • Allons à la plage de Ste croix, à cette heure là il n’ y aura personne on pourra se baigner tranquillement.

Tout le monde est d'accord, même Myriam qui est remise de ses émotions : être surprise par sa propre fille alors qu'elle était en train de sucer une belle bite, il y a de quoi être un peu perturbée même s'il existe une grande complicité entre les deux femmes.

Pour rejoindre cette plage il y en a pour une vingtaine de minutes, alors chacun se pose confortablement et j'attire Myriam dans mes bras pour l'embrasser langoureusement. (je trouve le goût de mon sperme dans sa bouche, preuve qu'elle en a avalé quand même un peu).

Aux sièges avant, Sarah s'est brusquement penchée sur le siège conducteur et entreprend d'administrer à JB le même traitement que sa maman m'a offert quelques minutes plus tôt. Voyant cela Myriam pousse un cri de surprise :

  • Oohhh Sarah que fais tu !

Sarah en s'interrompant à peine :

  • Ce que tu faisais si bien tout à l'heure à Max, et je suis sûr que tu peux recommencer, le connaissant il doit déjà être prêt.

Sur ces belles paroles elle replonge sur la bite à JB.

Myriam, après quelques instants de réflexion imite sa fille et jusqu'à l'arrivée on entend plus que des bruits de succion dans l'habitacle de la voiture et je vois les têtes des deux femmes monter et descendre sur nos bites tendues. Heureusement que j'ai déjà jouis car autrement je serais incapable de me retenir et je pense que si JB se retient c'est qu'il est occupé à conduire car je connais les talents de fellatrice de Sarah qui n'ont d'ailleurs rien à envier à ceux de sa maman.

C'est sûr la soirée va être inoubliable !

Une fois la voiture arrêtée et le moteur coupé, JB se laisse aller sur son siège, Sarah redouble d'efforts et bientôt JB pousse un cri tout en appuyant fermement sur la tête de sa fellatrice et envois un jus bien épais au fond de la gorge de Sarah. Myriam regarde sa fille avaler la liqueur et je vois que le spectacle l'a excitée car ses bouts de seins pointent à travers sa robe. Alors je crie :

  • Allez tout le monde à la flotte ça va faire baisser la température

Quelques secondes plus tard, nus comme des vers à l'exception de Myriam et Sarah qui sont restées en string nous barbotons dans la mer. JB et moi ne savons plus ou poser nos mains, nous soupesons un sein, caressons un cul bien bombé, pinçons un téton dardé, bref on pelote la mère et la fille sans retenue. Sarah finit par nous échapper en riant et se met à nager hors de notre portée. Alors nous nous retournons vers sa maman que nos mains palpent sans ménagement. Au cours de la mêlée nous roulons tous les trois sur le sable, riant à pleine gorge.

Soudain je sursaute, Myriam vient de saisir ma bite, et en regardant de plus près je m'aperçois qu'elle s'est aussi saisi de la bite de JB et qu'elle effectue un mouvement de va et vient. Déjà que nous bandions comme des ânes, là il s'en faut d'un cheveu pour que nous envoyons notre jus dans la mer. Imaginez le tableau : une petite blanche en string qui masturbe doucement deux grands blacks qui l'entourent, et pendant ce temps sa fille a regagnée la plage et filme avec son téléphone les ébats de sa maman.

  • Sarah, coupe ce portable immédiatement Certainement pas ma petite maman chérie, c'est trop excitant !

Voyant qu'elle ne peut raisonner sa fille, elle se résigne et continue son activité. Pendant ce temps JB et moi caressons son corps voluptueux. Ses seins encore très fermes emplissent les paumes de nos mains et nos doigts triturent les bouts dardés, mon autre main palpe le joli postérieur et celle de JB s'infiltre sous le devant du string.

Myriam gigote tout en continuant de branler nos queues puis soudain elle se met à genoux entre nous deux et enfourne le dard de JB tout en continuant à m'astiquer. Elle s’interrompe un instant, le temps de changer de sucette et la voilà qui me pompe goulument. De nouveau elle saisit ma main et la pose sur sa tête tout en avalant les 2/3 de ma bite. « Ouiiiii ! » Je ne peux retenir un râle de plaisir, surtout qu'elle me regarde droit dans les yeux tout en me suçant goulument et en caressant JB. Ensuite elle se retourne et inflige le même traitement à ce pauvre JB qui n'en revient pas. De ses deux mains il saisit ses cheveux et il enfonce violemment sa bite dans la bouche gourmande. Pendant ce temps Sarah s'est approchée et filme le visage de sa mère en gros plan.

  • Un petit sourire maman chérie ! Tu es à croquer ! Meuhgggmmhmm ! Ma petite maman c'est pas bien de parler la bouche pleine, c'est toi qui me l'a dit quand j'étais petite

Et de continuer à filmer.

  • JB : Oh la salope comment qu'elle me suce, ah Sarah je sais de qui tu tiens, ta maman est une surdouée de la pipe, on ne m'a jamais sucé comme ça !
  • Sarah : Tu n'as encore rien vu mon chéri

Joignant le geste à la parole elle s'agenouille à coté de sa mère et me prend en bouche. Je n'y crois pas, Sarah la copine de JB me suce alors que sa maman suce JB, notre boutade de la veille est en train de se réaliser ! On est en train de baiser la mère et la fille. Puis elles changent de bites, nous pompant furieusement l'une et l'autre et soudain Sarah s'interromps, saisit son portable et me le tend :

  • Si tu veux un bon souvenir filme ça

Alors elle s'agenouille de nouveau à coté de sa mère et pendant que celle ci a la bouche bien remplie par l'énorme bite, Sarah commence à lécher les boules gonflées.

Pendant que je filme, je ne peux m'empêcher d'envier JB qui se fait sucer par ces deux jolies femmes, la mère et la fille de surcroit. Les deux femmes lèchent maintenant ensemble le gros dard, leurs langues se touchant, elles se sont passées chacune un bras autour de la taille, JB n'y tient plus et explose dans leur deux bouches réunies, c'est à celle qui va avaler le plus de foutre, Myriam est la plus rapide et engloutit le gland d’où s'échappe de nouveaux jets de foutre.

Sarah voyant qu'elle a été devancée par sa maman se retourne vers moi et m'engloutit à son tour. Son visage ainsi que celui de sa mère sont couverts de sperme et je sens à mon tour monter la jouissance, Sarah ne veut pas lâcher sa proie et s'enfonce ma bite au fond de sa gorge ou j'explose instantanement, moitié étouffée par le flot de jus bien épais elle relève la tête, moment que sa mère attendait pour enfourner à son tour mon gros dard. Le sperme dégouline sur leurs visages, elles se regardent dans les yeux puis tombent dans les bras l'une de l'autre et s'embrassent goulument en s'échangeant nos spermes respectifs. JB et moi on est sciés et bien que nous ayons déjà jouis deux fois chacun dont la dernière fois c'était il y a quelques secondes nous rebandons immédiatement.

Afin de filmer sous d'autres angles je me suis allongé sur le sable et je filme les deux femmes qui se roulent une pelle mémorable. J'attrape Myriam par les hanches et je la positionne au dessus de moi, le string même s'il est minuscule me gène un peu et ayant les mains occupées je suis en peine, alors Sarah vient à mon secours et descend le string de sa mère, le fait glisser le long de ses cuisses et fini par le laisser accrocher à la cheville droite de sa maman.

Je positionne Myriam sur ma bite et d'elle même elle se laisse descendre lentement jusqu'à ce que ses fesses se posent sur mon ventre. Sous l'effet de la pénétration elle ouvre la bouche pour exhaler un long soupir, JB en profite aussitôt pour réintroduire son sexe dans la bouche grande ouverte. Ouiiii on y est, on est train de baiser Myriam, JB et moi, en plus on est aidé par sa fille qui maintenant a repris son portable et filme en tournant autour de nous.

Pendant que je suce les seins de la belle, mes mains caressent ses fesses puis s'insinuent dans le profond sillon, sa chatte dilatée par mon dard laisse échapper un flot de cyprine, mes doigts en récoltent une bonne partie puis remonte un peu plus haut, jusqu'au petit œillet qui palpite sous mes doigts. J’appuie un peu plus et mon index est comme aspiré par le petit trou puis c'est au tour de mon majeur de pénétrer la caverne brulante. Myriam sursaute et gémit sous l'effet de mes caresses anales mais elle ne peut rien dire, sa bouche étant complètement remplie par la bite à JB ; celui ci a une nouvelle envie, à la vue de mes doigts dilatant le petit trou, il se retire de la bouche de la belle qui peut enfin laisser sa jouissance s'exprimer.

Sa joie est de courte durée quand elle comprend ce que JB a en tête :

  • Oh non, nooon ! , JB, ne fais pas ça ! Tu es trop gros, ça ne va jamais passer, tu vas me déchirer, je t’en prie, ne fais pas ça. Sarah ma puce arrête le s'il te plait Ne t'en fais pas ma petite maman je vais t'aider !

Et là à notre grande surprise, elle pose son téléphone de manière qu'il puisse continuer à filmer puis s'approche de nous, elle pose ses mains sur les fesses de sa maman et les écartent largement, puis s'adressant à moi elle me dit :

  • Tiens les bien écartées, comme ça.

J'obéis, cherchant à comprendre ou elle veut en venir.

Alors elle penche la tête vers le cul ainsi offert, dépose un petit baiser sur l'œillet bistre, de sa main gauche elle saisit ma bite à la base, la sort de la chatte trempée et l'engoule prestement, juste un ou deux allers et retour puis c'est la bite à JB qu'elle avale aussi voracement pour le pomper un long moment, en même temps de sa main libre elle recueille la cyprine qui coule de la chatte dilatée et introduit directement trois de ses doigts dans le petit trou.

J'en ai profité pour réinvestir la chatte trempée et j'ai repris la succion tour à tour des deux magnifiques seins, tout en maintenant les deux globes fessiers bien écartés. Ayant bien dilaté l'anus de sa maman, Sarah fait signe à JB d'y aller. Elle regarde le gland se poser sur le sphincter, et reprenant son portable fait un gros plan sur la scène, n'écoutant absolument pas les supplications de sa mère. Celle ci gémit, le gland commence à écarter le petit anneau, ça y est le gros gland s'est enfoncé, Myriam pousse un cri de douleur et reste la bouche grande ouverte.

Profitant de ce moment Sarah lui enfonce les doigts dans la bouche en lui ordonnant de les sucer, les mêmes doigts qu'elle venait de lui enfoncer dans le rectum. La scène est sauvage et d'un érotisme fabuleux, JB reprend sa progression et millimètre par millimètre il finit par envahir complètement le petit cul.

  • Ouahhh c'est bon, la salope son cul est étroit je suis serré c'est fabuleux

Maintenant Myriam ne gémit plus de douleur, mais de plaisir.

  • Mon dieu que c'est bon, allez y prenez moi, baisez moi à fond, défoncez moi Oui t'inquiètes pas ma belle on va te baiser par tous les trous, on va te faire avaler des quantités de sperme, là je vais t'éclater ton petit cul !

Soudain Sarah se relève et court vers la voiture, trop occupé je ne m'en soucie pas, pour l'instant je sens la bite à JB qui n'est séparée de la mienne que par une fine cloison de peau et nous avons trouvé un rythme idéal : pendant que je pénètre dans la chatte inondée, JB lui se retire du petit trou dilaté et vice versa. Sarah revient, dans ses mains je vois un objet qu'au prime abord je ne reconnais pas, puis je comprends : elle est en train de fixer un gode ceinture, quand elle est prête, elle saisit sa mère par les cheveux et lui tourne la tête vers le gode

  • Myriam : Que fais t uuummmppphhh

Sarah vient d'enfoncer le gode dans la bouche et maintient fermement la tête de sa mère. JB et moi sommes estomaqués, on voulait se les envoyer, eh bien, on est servi ! Les seuls bruits que l'on entend à présent sont ceux que font nos bites qui vont et viennent dans les orifices dilatés et les gémissements bien étouffés par le gode ceinture qui dilate la mâchoire de la maman de Sarah. Sarah se retire et fais signe à JB de la remplacer dans la bouche de sa mère, Myriam, comprenant ce que sa fille allait faire la supplie :

  • Je t'en prie ma chérie ne fais pas ça

Elle ne peut en dire plus JB vient d'investir sa bouche. Sarah pendant ce temps s'est positionnée derrière sa maman, elle écarte les fesses magnifiques, pose le gland de silicone, puis doucement mais fermement enfonce l'énorme gode jusqu'à la garde. Myriam gémit doucement, mais le traitement a l'air de lui convenir car elle jouit maintenant sans discontinuer. JB envoit une nouvelle rafale de sperme au fond de sa gorge et elle s'applique à tout avaler, à mon tour je jouis au fond de sa chatte et pour finir Sarah retire le gode du fondement de sa maman et le présente devant sa bouche.

  • Tiens ma petite maman chérie, suce la grosse sucette que ta fille te donne, suce salope

Myriam ouvre la bouche et suce le gros gode en fixant sa fille d'un regard de soumise.

Quelle soirée ! Et les vacances n'étaient pas finies, mais ça c'est une autre histoire...