Mmmm!

C'était une fin d'après-midi tranquille et je m'ennuyais terriblement. Quelques jours déjà que mon amant ne retournait pas mes appels. Ça sentait la fin. Au sortir de la douche, je me suis étendue toute nue sur mon lit pour relire les derniers sextos échangés en début de semaine. Il n'en fallait pas plus pour que je sente mon corps devenir chaud et le sang affluer vers mon clitoris qui gonflait déjà de désir.

Couchée sur le dos, je caressais fermement mes mamelons déjà durs eux aussi. Humectant mon index de mes lèvres, j'appuyais tout doucement en mouvements circulaires, question de m'exciter davantage. Puis, ma main glissa doucement entre mes seins, les caressant au passage et se frayant langoureusement un chemin jusqu'au paradis de mon entrejambe. Mes doigts valsaient agréablement sur mon clitoris sorti depuis longtemps de sa cachette, tel un virtuose sur son instrument. La sensation était, comme toujours, douce et grisante. Je cambrais les reins comme pour supplier mes doigts de descendre plus bas mais je prenais mon temps, comme pour me faire languir, le plaisir en suspend étant tellement bon.

Me lassant d'attendre, je fis pénétrer deux doigts fébriles à l'intérieur de ma chatte mouillée beaucoup plus que nécessaire. Ces doigts qui connaissaient mieux que quiconque les lieux de mon plaisir assuré et immédiat. Ces doigts qui glissaient tout seules à l'intérieur de moi. Toutes ces parties de mon corps en redemandaient : mes seins, ma chatte, mon clitoris et mon bas-ventre se faisaient suppliant. Ah qu'il serait bon d'y rajouter le membre dur, viril et chaud de cet amant que je ne reverrai probablement plus que dans mes souvenirs de nuits torrides. Le va-et-vient de son engin en moi, toujours plus profondément, laissait toujours place à un extase incroyable.

Toujours avec ces images en tête, je les faisais entrer, sortir et palper toutes les zones érogènes de mon corps qui avait une forte envie d'explosion. Sentant monter le plaisir en moi, je fis aller mes doigts encore plus vite et avec de plus en plus de vigueur. La sensation fût exponentielle au point de laisser échapper bruyamment le plus long soupir de satisfaction imaginable.